Vous êtes ici : Accueil > Reportages > Le Réseau de la lecture au Maroc appelle à l'ouverture de bibliothèques dans toutes les écoles
Le contenu de Dimabladna vous satisfait :




Inscrivez-vous à la newsletter pour être tenu au courant de l'actualité de la fondation


Un e-mail de confirmation
vous sera envoyé pour valider votre inscription

AddThis Social Bookmark Button
Envoyer par emailImprimerCréer un PDF

Le Réseau de la lecture au Maroc appelle à l'ouverture de bibliothèques dans toutes les écoles

Par : Jaouad Mdidech
Le 23 avril, c'est la Journée mondiale de la lecture et de du droit d'auteur. Le Réseau de la lecture au Maroc (RLM) ne laisse pas cette occasion inaperçue. Dans une pétition adressée au chef du gouvernement, le Réseau appelle à l'ouverture et à la réhabilitation des bibliothèques dans tous les établissements scolaires

"L'une des raisons de la crise de la lecture au Maroc est l'échec du système d'éducation et de formation à faire aimer le livre aux écoliers. La bibliothèque dans les écoles, espace dynamique dédié à la lecture, est négligée, voire fermée." C'est ainsi que s'est exprimée Rachida Roki, présidente du Réseau de la lecture au Maroc, un collectif d'ONG créé il y a quelques mois pour essayer d'enraciner le fait de lecture dans la vie courante des Marocains.

Le collectif appelle à une politique ambitieuse de la lecture.

Dans une pétition adressée au chef du gouvernement, Abdelilah Benkirane, à l'occasion de la Journée mondiale de la lecture célébrée depuis vingt ans par l'UNESCO, le RLM demande l'ouverture des bibliothèques dans les établissements scolaires marocains, tous niveaux confondus, et la réhabilitation de celles déjà existantes. La même pétition demande au ministère de tutelle, les institutions impliquées dans le domaine de la lecture et de l'apprentissage scolaire d'élaborer "une politique cohérente et ambitieuse" pour développer le fait de la lecture et en faire une priorité en matière de développement humain et social. L'UNESCO, en célébrant cette année 2015 le vingtième anniversaire de la Journée mondiale de la lecture et du droit d'auteur ne dit pas autre chose. Pour l'organisme onusien, l’avenir du livre en tant qu’objet culturel est inséparable du rôle de la culture dans la promotion de voies de développement plus durables et inclusives. Sa "Convention sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles", dont elle fête cette année son 10e anniversaire, l’incite à promouvoir la lecture, notamment auprès des jeunes, dans les écoles et ailleurs.

Pour le Réseau marocain de la lecture, et il l'explique dans sa pétition au chef du gouvernement, le Maroc traverse "une crise structurelle profonde, à aucune époque de son histoire, il n'a manifesté quelque intérêt pour le livre et la lecture. Les politiques publiques n'en ont jamais fait une priorité dans leur stratégie du développement."

Des bibliothèques transformées en dépôts d'archives.

Il est vrai qu'écoles primaires et secondaires sont dépourvues, en général, de bibliothèques. Celles qui en possèdent les ont transformées en dépôts d'archives ou en salles de réunion. Toujours pour la promotion de la lecture, le RLM appelle également le gouvernement et le ministère de l’Education nationale à introduire dans les cours et les programmes des séances de lecture, de créer des clubs dédiés au livre dans les écoles, de former les ressources humaines dans ce domaine. Le collectif d'ONG pour la promotion de la lecture appelle, enfin, le ministère de tutelle à créer une "journée nationale officielle de la lecture" dans tous les établissements scolaires, en partenariat avec les acteurs éducatifs et associatifs.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir